Zones allouées à l’aquaculture

Vous êtes ici

Planification aquacole

Clé de voute de la stratégie de l’ANDA, la planification du littoral marocain à des fins aquacoles constitue un pilier prioritaire et un levier essentiel pour le développement d’une activité aquacole responsable et durable.
Adoptant une démarche pertinente et bien structurée, l’ANDA a initié un véritable programme de planification qui concilie les impératifs économiques et environnementaux pour assurer une croissance équilibrée du secteur aquacole.

Le développement d’une aquaculture responsable est un choix de la stratégie de notre pays qui a privilégié son amorçage sur de bonnes bases scientifiques et techniques au lieu de prioriser l’intensification accélérée de l’installation des fermes aquacoles sans prendre le temps de mettre en place les prérequis nécessaires à sa durabilité 

Majida Maârouf, Directrice de l’ANDA.


Engagée à instaurer les meilleures pratiques en termes de gouvernance de cette activité, l’ANDA s’inspire des directives internationales pour mettre en œuvre une planification pertinente qui permet d’intégrer en toute harmonie les activités de la filière aquacole à celles des autres activités côtières.
Cette planification va un cran plus loin en fournissant toute la visibilité aux investisseurs économiques ayant la perspicacité d’investir dans un secteur porteur de croissance économique.

Etapes clés de la planification aquacole

L’élaboration de chaque Plan d’Aménagement Aquacole (PAA) se déroule en quatre étapes clés, chronologiquement exécutées :

  1. Etablissement de la situation de référence du territoire objet de planification
    Cette étape consiste à réunir et analyser toutes les informations  et données de base caractérisant le territoire objet de la planification et se solde par  une cartographie  de la situation de l’occupation actuelle et future de l’espace. La finalité est de  délimiter les zones maritimes et terrestres exclues et celles appropriées dédiées à l’aquaculture.
  2. Etude des caractéristiques environnementales des zones appropriées dédiées
    Outre la prise en considération des données historiques, les zones appropriées font l’objet de campagnes d’échantillonnage afin de procéder à leur caractérisation sur le plan environnemental et définir les zones favorables, techniquement et écologiquement, au développement de l’activité aquacole en considérant les types d’élevage les mieux adaptés.
  3. Elaboration du schéma des structures  
    C’est l’étape de «  l’architecture » du Plan. Elle consiste en un morcellement des zones d’aptitude technique sur la base de critères techniques, notamment logistiques et socio-économiques, et en tenant compte des différentes capacités de charge. Le plan d’occupation qui en résulte relate avec précision, entre autres, les espaces réservés à chaque type d’élevage, le nombre et la taille des parcelles, les espaces séparant les parcelles limitrophes (couloirs trophiques) et les productions cibles.
  4. Etude d’impact sur l’environnement (EIE)
    Dans le but d’assurer la pérennité du secteur aquacole, l’ANDA a tenu à réaliser les EIE des Plans d’Aménagement Aquacole (PAA) afin d’anticiper sur les enjeux environnementaux et sociaux associés à leur mise en œuvre.
  5. Plan de gestion environnementale et sociale (PGES)
    L’ANDA a pris l’initiative de réaliser les PGES pour tous les PA lancés en adoptant une approche plus globale et intégrée, qui ne se limite pas à l’évaluation des impacts du PA sur l’environnement mais qui considère en plus les impacts des autres activités sectorielles sur le PA lui-même.