Stratégie Halieutis

Le Maroc s’est donné tous les moyens pour insuffler une nouvelle dynamique au secteur halieutique

à travers le lancement du plan HALIEUTIS en 2009 par sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Cette nouvelle stratégie de développement et de compétitivité du secteur des pêches maritimes a pour ambition d’assurer la durabilité du secteur, à travers la préservation de la ressource halieutique et de relever les défis de la mondialisation en répondant à des normes de plus en plus exigentes.

Durabilité

Une ressource exploitée durablement pour les générations futures. right

Durabilité

Une ressource exploitée durablement pour les générations futures.
A.1 Renforcer et partager la connaissance scientifique.
A.2 Aménager les pêcheries sur la base de quotas.
A.3 Adapter et moderniser l'effort de pêche
A.4 Faire de l'Aquaculture un moteur de croissance majeur.

Performance

Un secteur outillé et organisé pour une qualité optimale, du débarquement à la commercialisation... right

Performance

Un secteur outillé et organisé pour une qualité optimale, du débarquement à la commercialisation.
B.1 Renforcer et partager la connaissance scientifique.
B.2 Aménager les pêcheries sur la base de quotas.
B.3 Adapter et moderniser l'effort de pêche.

Compétitivité

Des produits bien valorisés et compétitifs sur les marchés les plus porteurs... right

Compétitivité

Des produits bien valorisés et compétitifs sur les marchés les plus porteurs.
C.1 Faciliter l'accès des industriels aux matières premières.
C.2 Appuyer l'orientation des industriels sur les marchés les plus porteurs.
C.3 Créer 3 pôles de compétitivité des produits de la mer au Nord, Centre et Sud du Royaume.

Règlement des marchés de l'ANDA approuvé le 14/04/2016

Opportunités d’investissement en aquaculture au Maroc

Oportunidades de inversión en la acuicultura en Marruecos

فرص الاستثمار في تربية الأحياء البحرية بالمغرب

Aperçu sur les données technico-économiques des projets aquacoles

Aquaculture Investment Opportunities in Morocco

COMITÉ DE GOUVERNANCE

Président de la Chambre des Pêches Maritimes de l’Atlantique Centre, Président
Directeur de la formation maritime et de la promotion socioprofessionnelle, membre
Représentant de la Direction du Budget, Ministère de l’Economie et des Finances, membre
Président de la Fédération des Pêches maritimes et de l’aquaculture, membre

COMITÉ DE STRATÉGIE ET DES INVESTISSEMENTS

Le Représentant du Ministère de l’Intérieur, Membre
La Directrice de l’ANDA, Membre.
Le Directeur des Pêches Maritimes -Département de la Pêche Maritime-, Président
Le Directeur Général de l’Institut National de Recherche Halieutique, Membre

COMITÉ D'AUDIT

Représentant de la DEPP, Ministère de l’Economie et des Finances – Président
Représentant de la Direction du Budget, Ministère de l’Economie et des Finances, membre
Le Directeur des Industries de la Pêche Maritime – Département de la Pêche Maritime -, membre
Le Directeur des Affaires Générales et Juridiques -Département de la Pêche Maritime-, membre
Le Directeur des Pêches Maritimes -Département de la Pêche Maritime-, membre
Le Contrôleur d’Etat de l’ANDA, membre

La Directrice de l’ANDA, membre.

Veille stratégique

Pour répondre aux besoins des porteurs de projets, l’ANDA met à leur disposition :
  • Les principaux indicateurs de marché des espèces à vocation aquacole au Maroc
  • Un flux d’information filtré et qualifié pour les orienter à identifier de nouveaux marchés, fournisseurs et les dernières innovations pour maîtriser les évolutions sectorielles
  • Une veille personnalisée en communiquant aux investisseurs une information sur mesure selon les canaux et périodicités qui leur conviennent.

Conseil juridique

L’ANDA met à la disposition des investisseurs les textes juridiques qui régissent le secteur de l’aquaculture tout au long de la chaîne de valeur sur le plan légal et réglementaire.
L’objectif est de fournir aux opérateurs les connaissances nécessaires pour garantir que leurs fermes aquacoles sont installées et exploitées conformément aux règles et normes en vigueur.

Appui technique

  • Etudier avec les porteurs de projets la pertinence et l’opportunité de leurs investissements prévisionnels (espèce choisie, zone d’implantation …).
  • Orienter les investisseurs dans le développement du concept initial de leurs projets en prenant en considération leurs profils, leurs moyens et leurs objectifs.
  • Fournir des solutions spatiales pour assurer l’organisation de l’activité aquacole.
  • Développer avec les aquaculteurs les indicateurs de performance de leurs fermes pour assurer une meilleure gestion de leurs projets et inscrire leur activité dans la durabilité

Appui administratif

  • Accueil et orientation des investisseurs.
  • Appui des opérateurs dans les démarches administratives pour l’obtention des autorisations nécessaires pour la création et l’exploitation des fermes aquacoles.
  • Facilitation du contact des investisseurs avec les différents intervenants (administrations, institutionnels, opérateurs, bailleurs de fonds…) selon leurs besoins.
  • Mise en place des mesures susceptibles de faciliter l’investissement dans le secteur.

Algoculture

Algue rouge – Gracilaria gracilis
Gracilaria gracilis est largement présent dans les eaux chaudes et tempérées à travers le monde. Elle se caractérise par sa facilité de propagation, son taux de croissance relativement élevé, sa tolérance élevée à un éventail de conditions environnementales, et sa valeur commerciale. Cette espèce est caractérisée par des filaments cylindriques et ramifiés, de 0,5 à 2mm de diamètre, formant des touffes ou des massifs pouvant atteindre plusieurs dizaines de centimètres de longueur. La gracilaire constitue le principal agarophyte exploité d’une façon industrielle à l’échelle mondiale. Au Maroc, le taux de croissance journalier de Gracilaria gracilis est généralement compris entre 5 et 10 %.

Pisciculture

Loup bar – Dicentrarchus labrax
Le loup-bar est présent dans l’ensemble de la Méditerranée, de la mer Noire et de l’océan Atlantique du Nord-Est, de la Norvège au Sénégal. Il vit dans les eaux côtières jusqu’à une profondeur de 100 m (généralement en hiver) ainsi que dans les eaux saumâtres des estuaires et des lagunes côtières (en été). On peut parfois le trouver dans des rivières. Les jeunes poissons sont grégaires, en particulier lors des migrations saisonnières, et forment des bancs. Les adultes sont moins grégaires. Le bar est un prédateur vorace qui se nourrit de crustacés, de mollusques et de poissons. Dans la Méditerranée, les mâles atteignent la maturité sexuelle à trois ans et les femelles à quatre ans; dans l’Atlantique, c’est à quatre ans et à sept ans, respectivement.


Dorade – Sparus aurata
La dorade royale (Sparus aurata) est la seule espèce de dorade actuellement élevée à grande échelle. Elle est répandue en Méditerranée et on la trouve également au large des côtes atlantiques orientales, du Royaume-Uni aux îles canaries. Elle doit son nom latin à la bande dorée caractéristique entre ses yeux. Ce poisson peut vivre dans les eaux marines ainsi que dans les eaux saumâtres des lagunes côtières. On le trouve fréquemment sur les fonds rocheux ou sableux, mais aussi dans les prairies sous-marines. Lors de la période de ponte (d’octobre à décembre), les adultes migrent vers des eaux plus profondes. Au début du printemps, les juvéniles migrent vers les côtes et les estuaires. Cette espèce est hermaphrodite. Elle atteint sa maturité sexuelle d’abord comme mâle, à l’âge d’un ou deux ans, et ensuite comme femelle, à l’âge de deux ou trois ans. Elle se nourrit de mollusques, de crustacés et de petits poissons.


Maigre – Argyrosomus regius
Le Maigre (A. regius, Asso 1801) appartient à la famille des sciaenidés, de l’ordre Perciformes, de la classe Osteichthyes, est l’une des 18 espèces de maigre produites au niveau commercial ou expérimental dans le monde.Les maigres sont des espèces eurythermes et euryhalines qui résistent aux changements de températures de 2 à 38 °C et de salinité de 5 à 39 ‰, un pouvoir qui leur permet de pénétrer dans l’embouchure des rivières et des lacs dans les estuaires, où ils effectuent la ponte et l’incubation. On les trouve généralement dans les eaux saumâtres et les estuaires, ils habitent depuis la frange littorale jusqu’aux profondeurs allants de 250 à 350 m, en fonds sableux argileux, et dans certains cas, rocheux.

Conchyliculture

Huitre – Crassostrea gigas
L’huître creuse est un mollusque bivalve. La chair (partie molle) est protégée par deux valves asymétriques calcaires. Elles sont deux fois plus lourdes que l’eau et sont composées d’environ 95 % de carbonate de calcium. L’huître repose habituellement au fond de la mer sur sa valve gauche qui est concave. La valve droite du dessus est généralement plus plate. C’est dans la partie antérieure que se trouve un robuste ligament élastique qui permet l’ouverture des valves. Les valves se referment hermétiquement grâce au muscle adducteur qui les relie. Cette espèce du Pacifique-Nord se trouve maintenant cultivée dans un très grand nombre de pays au climat tempéré ou même subtropical. Les zones en question s’étendent depuis le Pacifique Ouest, en passant par l’Australie, la Nouvelle Zélande et la Côte Nord-Américaine, de la Californie à la Colombie britannique. Elle a également été acclimatée en Amérique du Sud, mais surtout en Europe (France) et dans le Nord de l’Afrique

Moules – Mytilus galloprovincialis et Perna perna
Les moules sont des mollusques bivalves équivalves et très inéquilatérales, leurs formes allant du triangulaire au flabelliforme, dépourvues de dents de charnière. Les crochets se trouvent à l’extrémité antérieure. Le ligament est développé mais les muscles adducteurs sont vestigiaux. Sur les côtes Marocaines, ces deux espèces de moules se cohabitent et sont habituellement consommées par les populations riveraines. La moule africaine (P. perna) se trouve à sa limite géographique Nord et la moule méditerranéenne (M. galloprovincialis) se trouve à sa limite géographique Sud.

Palourde – Ruditapes decussatus
La palourde Ruditapes decussatus est un mollusque bivalve, naturellement distribuée dans les zones estuariennes et lagunaires dans la majeure partie du bassin méditerranéen et atlantique. Elle vit dans les substrats sablo-vaseux des milieux paraliques et les sites peu agités du littoral. Sa température optimale de croissance est comprise entre 23°C et 26°C et sa salinité optimale est comprise entre 32 et 40 ‰. Elle peut supporter de larges variations de température et de salinité (jusqu’à 11 ‰). La palourde est une des espèces les plus recherchées par le marché européen. Ainsi, au Maroc, durant ces dernières années, l’abondance des stocks et leur densité ont subi une baisse en raison de divers facteurs dont les variations caractéristiques environnementales, la prédation et essentiellement les pressions exercées par la pêche intensive
';