Actualités

Retour sur une année riche en projets et réalisations : 17eme session du conseil d’administration de l’ANDA

L’Agence Nationale pour le Développement de l’Aquaculture (ANDA) a tenu, le 17 juin 2021, la 17ème session de son Conseil d’Administration, en mode visioconférence, sous la présidence de Mme Zakia Driouich, Secrétaire Générale du Département de la Pêche Maritime.  Les travaux de cette 17ème session ont été consacrés à l’examen du bilan des réalisations de […]

Retour sur une année riche en projets et réalisations : 17eme session du conseil d’administration de l’ANDA Lire la suite »

La digitalisation : une opportunité de se réinventer dans le secteur aquacole

L’ANDA prend part au webinaire organisé par Bioceanor le jeudi, 3 juin 2021, sous le thème “La digitalisation dans les métiers de la conchyliculture” qui connaît l’intervention de plusieurs experts de renom dans le domaine.  À travers cet événement, l’ANDA met le point sur les enjeux de la digitalisation du secteur conchylicole au Maroc.

La digitalisation : une opportunité de se réinventer dans le secteur aquacole Lire la suite »

Sidi Ifni : un projet d’appui au développement des métiers de l’aquaculture pour 2,5 millions de dollars

Le 26 mai 2021, l’ambassadrice du royaume de la Norvège au Maroc et la représentante de la FAO-Maroc accompagnée de l’équipe de l’ANDA effectuent une visite de terrain à Sidi Ifni, pour s’enquérir de l’écosystème dans lequel sera implanté le projet d’appui au développement des métiers de l’aquaculture au Maroc qui contribuera à insuffler une

Sidi Ifni : un projet d’appui au développement des métiers de l’aquaculture pour 2,5 millions de dollars Lire la suite »

Conchyliculture

Huitre – Crassostrea gigas
L’huître creuse est un mollusque bivalve. La chair (partie molle) est protégée par deux valves asymétriques calcaires. Elles sont deux fois plus lourdes que l’eau et sont composées d’environ 95 % de carbonate de calcium. L’huître repose habituellement au fond de la mer sur sa valve gauche qui est concave. La valve droite du dessus est généralement plus plate. C’est dans la partie antérieure que se trouve un robuste ligament élastique qui permet l’ouverture des valves. Les valves se referment hermétiquement grâce au muscle adducteur qui les relie. Cette espèce du Pacifique-Nord se trouve maintenant cultivée dans un très grand nombre de pays au climat tempéré ou même subtropical. Les zones en question s’étendent depuis le Pacifique Ouest, en passant par l’Australie, la Nouvelle Zélande et la Côte Nord-Américaine, de la Californie à la Colombie britannique. Elle a également été acclimatée en Amérique du Sud, mais surtout en Europe (France) et dans le Nord de l’Afrique

Moules – Mytilus galloprovincialis et Perna perna
Les moules sont des mollusques bivalves équivalves et très inéquilatérales, leurs formes allant du triangulaire au flabelliforme, dépourvues de dents de charnière. Les crochets se trouvent à l’extrémité antérieure. Le ligament est développé mais les muscles adducteurs sont vestigiaux. Sur les côtes Marocaines, ces deux espèces de moules se cohabitent et sont habituellement consommées par les populations riveraines. La moule africaine (P. perna) se trouve à sa limite géographique Nord et la moule méditerranéenne (M. galloprovincialis) se trouve à sa limite géographique Sud.

Palourde – Ruditapes decussatus
La palourde Ruditapes decussatus est un mollusque bivalve, naturellement distribuée dans les zones estuariennes et lagunaires dans la majeure partie du bassin méditerranéen et atlantique. Elle vit dans les substrats sablo-vaseux des milieux paraliques et les sites peu agités du littoral. Sa température optimale de croissance est comprise entre 23°C et 26°C et sa salinité optimale est comprise entre 32 et 40 ‰. Elle peut supporter de larges variations de température et de salinité (jusqu’à 11 ‰). La palourde est une des espèces les plus recherchées par le marché européen. Ainsi, au Maroc, durant ces dernières années, l’abondance des stocks et leur densité ont subi une baisse en raison de divers facteurs dont les variations caractéristiques environnementales, la prédation et essentiellement les pressions exercées par la pêche intensive
';